COMMUNIQUÉ DE L’ALLIANCE POUR LA RÉPUBLIQUE (APR)

Rompant avec sa réserve habituelle, l’Alliance Pour la République (APR) informe l’opinion nationale et internationale qu’il a été lésé dans ses droits politiques, électoraux, juridiques et citoyens dans la circonscription électorale de Gourma Rharous.
Notre candidat avait gagné dès le premier tour, résultats à l’appui, victoire confisquée par la Cour Constitutionnelle. Parti fidèle à son esprit républicain, croyant au début en la bonne foi des acteurs administratifs dont le Gouverneur de région, le Préfet et la Cour Constitutionnelle, a accepté d’aller au second tour, avant de comprendre par la suite que c’était fait à dessein.
En effet, au second tour, ce banditisme électoral s’est poursuivi par des pratiques honteuses se caractérisant, entre autres, par l’intrusion visible de l’administration régionale, le bourrage des urnes (cas des 11 bureaux de vote de Benguel), la confiscation et la destruction du matériel électoral, une déclaration publique avec preuve sonore du candidat du RPM, déclarant tout faire pour empêcher le déroulement du scrutin du second tour dans des communes dont Gossi. Pis, l’administration régionale et locale, garante de la bonne organisation du scrutin et de la neutralité, a fait une intrusion scandaleuse en faveur du candidat du RPM, privant les communes de Gossi, d’Adjora et d’Inadjatafane de leurs droits de vote.
La veille du scrutin, le matériel électoral d’Inadjatafane a été confisqué et retenu à Tombouctou sur instruction du Gouverneur de la région.
Joignant l’acte à la parole, sur ordre du candidat du RPM le matériel électoral destiné aux communes de Gossi et Adjora a été intercepté et brûlé à une dizaine de kilomètres de Gourma Rharous. Bien qu’ayant été informé par nos soins de la déclaration du candidat du RPM, l’administration n’a pris aucune disposition pour sécuriser le matériel électoral destiné à Gossi et Adjora. A cela s’ajoute les menaces et les intimidations faites par le Gouverneur de Région à l’encontre de certains Maires leur exigeant de voter et de faire voter pour le candidat du RPM.
Comme précisé ci-dessus, ce banditisme électoral avait été prémédité par une déclaration publique du candidat du RPM, préparant la destruction du matériel électoral dans les localités favorables à son adversaire.
Nous précisons qu’a toutes les étapes le Président de l’APR a pris le soin d’informer le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, le Secrétaire Générale du dit département, le Gouverneur de Région et même le Président du RPM. Mais peine perdue !
L’APR informe l’opinion nationale et internationale que ces faits gravissimes mettent à mal le vivre ensemble et la cohésion sociale dans ces communes privées de leurs droits électoraux et constitutionnels.
L’Alliance Pour la République, l’APR usera de tous les moyens légaux et politiques pour défendre sa victoire volée.

Le President de l’APR
Oumar Ibrahima Touré

LE MAIRE DE LA COMMUNE DE SALAM UN VÉRITABLE STRATÈGE EN VOL

Les élections législatives du 29 Mars 2020 à Tombouctou se sont déroulées dans des conditions peu orthodoxe. Le maire de la commune de Salam et son adjoint ont décidé d’appeler la population a boycotté les élections. Ces cadres de l’Adema PASJ et du RPM ont joué sur le nerf de la population Tombouctienne en volant les élections au profit de leurs partis.

Ces évènements se sont déroulés le jour des législatives entre 08 h du matin et 18 h du soir. Le Maire de la commune de Salam région de Tombouctou non moins Président du Collège Transitoire de Taoudéni Mohamed Bar Ould El Hadj et son adjoint El Habib Ould BADI qui est aussi secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM) de ladite localité ont organisé un plan bien ficelé pour venir en aide au parti au pouvoir. Les deux personnalités jouies de leurs influences pour inciter la population à bouder les législatives. L’objectif était bien simple, empêché la communauté Arabe qui a pour fief Salam et une partie de Ber à porter main forte à leur candidat à travers le vote. D’autant plus que l’affluence de la population au niveau de ces deux localités est grandiose.  Selon les indiscrétions, le maire et son acolyte d’adjoint auraient perçus une coquette somme de 18 millions de FCFA pour cet acte diligemment faufilé. Un acte qui pousse la population à remettre en cause la crédibilité de ces élections. Du côté des candidats malheureux, nombreux sont cela qui ont assisté à la perte des voix au profit du parti des tisserands. Car si la base des autres candidats est mis hors-jeu, le RPM peut immédiatement célébrer sa victoire.

Selon les mêmes sources, le maire de la commune de Ber M. Haba aussi aurait reçu un pot-de-vin pour laisser libre court au vol. Dans la commune de Ber, 10 bureaux de vote ont été saisi par l’un des chefs de l’armée reconstituer à cause de cette fraude cuisante.

A l’heure où nous mettons ce papier sous presse, les candidats s’organisent en pompe pour demander l’annulation pure et simple des élections qui selon plusieurs personnes ne reflète en aucun cas le souhait et l’aspiration de la population de Tombouctou.

A noté que sur 75 945 inscrits, c’est 36 960 personnes seulement qui ont voté d’où 705 bulletins nuls et 36 255 suffrage exprimés. Le RPM est provisoirement à la tête avec 17 526 suivi par l’Adema PASJ 5 586.

Affaire à suivre…

Abdrahamane BABA KOUYATE

LUTTE CONTRE LE COVID-19 : BADIALAN I UNE REFERENCE POUR LES AUTRES QUARTIERS DE LA CAPITALE

Dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus, le conseil de quartier de Badialan I a organisé une cérémonie de remise des kits sanitaire. C’était le jeudi 02 avril 2020 en présence du chef de quartier de Badialan I non moins coordinateurs des chefs de quartier de la Commune III Modibo DJIRE, de la présidente des femmes pour le Développement du quartier Badialan I Mme KONE Nana SOUCKO et du 2ème vice-président de l’Association des jeunes de Badialan I, Ibrahima DJIKINE.

Décidément le quartier Badialan I du district de Bamako ne cesse de surprendre. Toujours le premier à prendre des initiatives visant le bien être de sa population, le conseil de quartier composé de la jeunesse, de l’association des femmes, du comité de développement de quartier et du comité de gestion scolaire vient une fois de plus de rehausser l’image de Badialan I. A travers, la mise à disposition des kits sanitaires composés de quarante-un (41) bidons pour le lavage des mains, deux (02) cartons de savon et huit (08) cartons d’eau de javel pour une somme qui avoisine les 400 000 FCFA. « C’est notre contribution pour empêcher la pandémie du coronavirus de fouler notre sol » nous confie le chef de quartier de Badialan I Modibo DJIRE.

En effet, une chose est d’avoir les matériels requissent et une autre est le respect des mesures. Le conseil de quartier de Badialan I semble déterminé pour barrer la route à cette maladie morbide et mortelle. « Nous prévoyons de mettre en place une équipe de 20 jeunes qui sillonneront tout le quartier en véhiculant des messages de sensibilisation afin que les mesures barrières puissent être respecter » rassure le 2ème vice-président de l’Association des jeunes de Badialan I, Ibrahima DJIKINE.

A travers ce geste symbolique, la société civile de Badialan I lance ce message « notre santé est notre priorité ». Les autres quartiers doivent faire la même chose pour éradiquer purement et simplement cette pandémie qui fait des ravages dans le monde.

Le Badialan I est un quartier parmi d’autre dans la capitale malienne mais il reste une référence. Sa spécificité est l’esprit de patriotisme qu’anime non seulement les responsables mais aussi la jeunesse et les femmes qui jouent pleinement leur rôle d’acteurs principaux.

Abdrahamane BABA KOUYATE

MUSIQUE : A la découverte de l’artiste Al By Vamps

De son vrai nom Aly Maiga à son surnom de stars Al By Vamps connu de tous à Gao, il est aujourd’hui l’incarnation du Rap et de l’Afrotrap dans la cité des Askias. Lire la suite …

Insécurité sur l’axe Mopti-Bandiagara-Koro-Bankass: L’autorité invitée à prendre la mesure du danger


La circulation est interrompue depuis ce mercredi sur l’axe Mopti, Bandiagara, Koro, Bankass. À travers ce mouvement, les conducteurs des transports en commun veulent dénoncer l’insécurité sur ce tronçon. Les responsables du syndicat et les populations de ces localités décrient le silence des autorités face à cette situation.

Lire la suite …

RENTREE SOLENNELLE DE LA JCI ANSONGO : La paix au cœur des échanges

La salle de conférence de la préfecture d’Ansongo a abrité ce samedi 7 mars, la rentrée solennelle de la JCI-Ansongo. Le thème de cette activité était « jeunesse et paix, la JCI Ansongo s’engage ». Plusieurs responsables et cadre de la Jeune chambre internationale y ont pris part. Lire la suite …

PRÉSENCE DU CONTINGENT ALLEMAND A LABBEZANGA : Espionnage ou sécurisation?

Ces derniers temps, des éléments du contingent Allemand, circulent dans le village de Labbezanga et environs, ville qui fait frontière avec le Niger. Pour l’heure, l’objectif réel n’est pas connu. Lire la suite …

Mali: débats crispés pour le premier jour du dialogue national

Après la cérémonie d’ouverture du Dialogue national inclusif (DNI) samedi, les débats en plénière ont commencé dimanche. Trois sous-groupes pour parler notamment de « gouvernance », de « paix, sécurité et politique institutionnelle » et « d’économie, et finances ». Lire la suite …

LABBEZANGA : A quand le retour de l’armée à la frontière?

Lire la suite …